Actualités

dimanche 21 février 2010

700


700 jours que la droite est aux commandes de la Ville de Douarnenez et de la Communauté de communes ; 1/3 du mandat des élus UMP s'est donc écoulé.

Après 12 premiers mois surtout marqués par une absence généralisée de projets pour la ville, cette seconde année de mandat, qui s'achève bientôt, a vu les certitudes UMP fondre comme neige au soleil et les promesses de campagne se sont avérées impossibles à tenir... évidemment.

Qu'il s'agisse de développement économique, d'aménagement et de propreté urbaine ou de soutien à la vie associative, nous voyons bien que la droite est en difficulté, parce que sans projet.

La déception doit être là, chez les Douarnenistes qui avaient pu se laisser convaincre en 2008 par les paroles tenues par les candidats UMP...

Deux ans plus tard, nous attendons toujours de connaître la vision qu'ils ont de la ville. Mais rien ou si peu... la gestion des affaires courantes, avec en mairie, un renforcement net de la direction générale des services et la création d'un poste de directeur de cabinet auprès du maire alors que, dans le même temps, les services à la population sont affaiblis. Nous aurions préféré que les moyens soient prioritairement affectés aux services techniques, à l'éducation ou aux solidarités.

Face à cette réalité, nous proposons toujours :

  • de faire du développement durable (progrès social – respect de l'environnement – développement économique) l'axe central des politiques municipales et communautaires

  • d'établir un schéma local des services publics

  • de créer un conseil économique et social du pays de Douarnenez

  • de renforcer les services à la population : cadre de vie, écoles, CCAS


Tangi Youinou, Hervé Fourn et Annick Le Goff, conseillers municipaux socialistes.