Actualités

lundi 12 avril 2010

Schéma d'action sociale du Conseil général


Le Conseil général du Finistère s'est réuni en séance plénière ce lundi 12 avril 2010, pour examiner et adopter un schéma départemental pour l'action sociale et médico-sociale. Le discours du président, Pierre Maille.

 

"Nous nous retrouvons à une date inhabituelle pour une séance plénière à l’ordre du jour réduit mais important.

Nous examinerons deux nouveaux contrats de territoires : celui de la communauté d’agglomération de Morlaix et celui de la communauté de communes de Landerneau.

Depuis notre dernière séance, fin janvier, les Bretons ont renouvelé leur confiance à Jean-Yves Le Drian et à sa majorité, je m’en réjouis et j’adresse mes félicitations à Richard Ferrand et à Jacques Le Guen, nouveaux conseillers régionaux.

J’ai souhaité que nous puissions consacrer une séance plénière à l’examen du schéma d’action sociale et médico-sociale de proximité pour les années 2010-2014.

Il s’agit en effet d’un document important qui fixe pour plusieurs années, les principes d’action et les priorités dans un domaine de compétence majeur du Conseil général.

Huit cents agents répartis dans nos territoires d’action sociale mènent leur action au quotidien, en proximité, à l’écoute des difficultés que leur exposent nos concitoyens et auxquelles il n’est pas toujours possible ou facile d’apporter une réponse.

Par ailleurs, nous avons besoin de mieux faire connaître aux Finistériens et à nos partenaires notre rôle et nos missions. Les acteurs sont nombreux dans le domaine de la solidarité et il est important que chacun ait de la visibilité sur leurs rôles respectifs, que leur cohérence et leur complémentarité renforcent l’efficacité de l’action.

Du schéma précédent, adopté en 2002, nous voulons conserver les axes forts : une action sociale territorialisée et partenariale, un accès aux droits facilité, une polyvalence d’intervention permettant une réponse globale, qui restent toujours d’actualité.

Depuis 2002, les textes législatifs sont venus, nombreux, modifier ou renforcer le rôle du Conseil général. Loi de 2005 sur le handicap, réforme de la protection de l’enfance en 2007, loi sur la protection des majeurs vulnérables, loi sur le droit opposable au logement, remplacement du RMI par le RSA…, il nous faut en tenir compte.

L’adoption de notre Agenda 21 en 2006, a mis l’accent sur la transversalité, les diagnostics de territoire partagés, la qualité des partenariats, la place de l’usager et la démocratie participative.

Ces dimensions apparaissent fortement dans notre projet de schéma.

La préparation du schéma a été l’occasion de mener un sondage auprès des Finistériens, de nos partenaires et des usagers de l’action sociale, afin de mesurer la connaissance et la notoriété des services rendus par les différents acteurs de l’action sociale et nos CDAS en particulier. La connaissance est très parcellaire. Par contre la qualité du service rendu est appréciée.

Un groupe d’usagers a participé à une série de réunions de travail avec quelques uns de nos agents et plusieurs collègues élus.

Les enseignements de ces sondages et du travail de ce groupe d’usagers ont permis d’identifier plusieurs pistes de progrès dans notre nouveau schéma.

Enfin, j’ai invité l’ensemble des personnels de nos territoires d’action sociale à échanger avec les élus sur les propositions du schéma : j’ai ainsi participé, avec de nombreux collègues, à 4 quatre réunions qui ont permis de rappeler le contexte économique et financier des collectivités, alors que l’augmentation du nombre de personnes âgées, la précarité et les situations difficiles accroissent la demande exprimée par nos concitoyens.

Gilbert Monfort a piloté la révision du schéma. Je lui propose de nous en faire maintenant la présentation."