Actualités

jeudi 13 mai 2010

La faute à pas de chance ?


Jusqu'en 2008, le gouvernement utilisait l'argument du "bilan de la gauche" pour justifier les échecs de sa politique économique et sociale injuste. Ensuite, il se cachait derrière la conjoncture économique : "rendez-vous compte, nous traversons la crise la plus grave depuis 1929 !" nous expliquait chaque ministre. Pour les élections régionales, les candidats UMP tentèrent de faire porter le chapeau aux présidents de Région socialistes.

Mais maintenant que la reprise pointe, sur qui l'UMP va-t-elle faire porter la responsabilité de ses échecs ?

Car, si partout ailleurs l'activité économique repart, dans notre pays les prévisions sont pessimistes, en particulier pour l'emploi.

En vérité, la France souffre des décisions idéologiques prises lors de l'élection de Nicolas Sarkozy, notamment en matière fiscale et traîne un véritable boulet. L'abandon du paquet fiscal permettrait à notre pays de raccrocher le wagon de la reprise.