Actualités

mardi 01 juin 2010

Echos du Conseil municipal de mai


Comme nous l'avons souvent dit et écrit, la démocratie est peu respectée en mairie et la majorité UMP ne répond pas aux interrogations des élus de gauche ; lors du Conseil municipal de ce mois de mai, aucune précision n'a ainsi été apportée sur des sujets tels que la construction d'une nouvelle capitainerie à Tréboul ou le départ annoncé du Directeur général des services, malgré les demandes d'Annick Le Goff et d'Hervé Fourn.

A la question d'Hervé Fourn - « qu'en est-il du départ du Directeur général des services ? » - , le maire répond : « Vous pouvez constater sa présence, nous avons de très bonnes relations ». Son départ annoncé par Ouest France, ce jour, semble cette fois définitivement confirmé. Peut être que le maire ne le savait pas encore le jeudi 27 mai...: nous en doutons....

La délibération concernant les subventions aux associations a une nouvelle fois témoigné du « flou » qui règne au sein de l'actuelle municipalité, comme l'a démontré Annick le Goff : l'ordonnancement des associations change d'une année sur l'autre, la référence aux subventions accordées les années antérieures reste inexistante, malgré nos demandes incessantes depuis 2 ans... Tout cela rend de fait toute comparaison sincère très compliquée... Les non – réponses des élus en charge des dossiers sont inquiétantes et illustrent une nouvelle fois un manque de sérieux dans la conduite des affaires publiques de notre commune.

L'adjoint aux finances, également conseiller général, fait remarquer que le Conseil général du Finistère diminue ses subventions en argumentant sur le fait que les socialistes ont « tellement embauché de personnels » que ce Conseil général n'a plus de possibilité de financement : il omet juste de dire que l'Etat (majorité UMP comme lui) doit 130 millions d'€ au Finistère et que la réforme des collectivités territoriales va s'avérer catastrophique pour tous les Conseils généraux et régionaux de France.

Les propositions de la droite ne nous ont hélas pas convaincus, loin de là...

Face à cette situation surprenante de la part d'une équipe municipale qui se glorifiait il y a encore peu de temps d'être un rassemblement de « compétences a - politiques », les conseillers municipaux socialistes se sont abstenus.

Le maire dit qu'il ne fait pas de politique: c'est surprenant pour un sénateur UMP... Une nouvelle fois, à la question d'Hervé Fourn - « Voterez-vous la réforme des collectivités territoriales au Sénat ? », sa seule réponse est : « Il y aura 55 conseillers territoriaux sur le Finistère ». C'est une réponse plus que légère pour un sénateur.

Enfin, après l'intervention d'Annick Le Goff (qui avec beaucoup d'humour posait la question du mobilier des lieux de culte) sur le financement de la restauration des anges adorateurs (Chapelle St Jean), une nouvelle fois, par la voie de l'adjointe à la culture, la majorité UMP a reconnu qu'il était urgent d'obtenir des financements du Conseil général et du Conseil régional : en effet si la loi sur les collectivités territoriales est votée, ces financements croisés ne seront plus possibles. En résumé, Philippe Paul vote à Paris comme ses collègues UMP mais localement il utilise jusqu'au bout les programmes des majorités socialistes du Département et de la Région.

Les socialistes sont bien évidemment attentifs à la vie associative, mais avant tout inquiets du mode de pilotage municipal. Ou, en l'occurrence, d'absence de pilotage...