Actualités

mercredi 01 septembre 2010

900


" Cela fait maintenant 900 jours que l’UMP est à la tête de la Ville. Et la municipalité élue en 2008 est aujourd'hui largement désunie, désunion qui a entraîné la mise à l’écart d’un adjoint au maire puis le départ, inquiétant, de la moitié des effectifs de la Direction générale des services. Malgré le discours « rassurant » des élus UMP, le malaise est bel et bien là et les récentes décisions de la droite ne nous rassurent pas.

 

Côté enseignement, l’UMP a dangereusement ouvert une « guerre des écoles », au détriment du secteur public : baisse des moyens humains, remise en cause de l’initiation à la langue bretonne, suppression de la fête de l’enfance, absence de lisibilité de la politique culturelle en faveur des écoliers. Nous regrettons vivement ces orientations municipales.

 

Côté éducation et culture, la droite essaie aujourd’hui de redorer son blason après un début de mandat marqué par une mise à l’index des acteurs culturels (festivals et musée notamment).

- Malgré ces efforts de forme, le fond demeure : le climat actuel entre la municipalité et la MJC nous inquiète ; militants de l’éducation populaire, nous espérons qu’un accord rapide soit trouvé, qui permette à la MJC de fonctionner sereinement, au service de son millier d’adhérents.

- La création d’une salle polyvalente aura été la « surprise » de cette année 2010. Nous aimerions qu’un projet d’établissement (contenu culturel, objectifs) nous soit présenté et qu’une large concertation soit ouverte sur le sujet.

 

Concernant les services publics locaux, la nouveauté est venue du service bâptisé « Douarnenez proximité », basé au centre ville et censé rapprocher l’administration de la population. Soit, mais nous ne voyons pas en quoi ce local est plus proche des gens que la mairie, surtout pour les Douarnenistes habitant Tréboul, Pouldavid ou Ploaré… Nous jugerons donc sur pièces…

Cet été, des propos inquiétants ont été tenus sur les hôpitaux dits de taille modeste ; comme de nombreux Douarnenistes, nous resterons vigilants sur le traitement que le gouvernement réservera à l’hôpital de Douarnenez, service public de proximité par excellence !

 

Les 100 jours qui viennent de s’écouler confirment le sentiment qui est le nôtre depuis longtemps : la majorité de droite est divisée mais essaie désespérément de le cacher ; le maire est absent de Douarnenez du fait de son mandat de sénateur et trop de dossiers témoignent de l’absence de projets de la part de l’équipe UMP.

Face à cette réalité, nous continuerons bien évidemment à faire des propositions en Conseil municipal, à nous opposer aux décisions que nous pensons mauvaises pour Douarnenez mais aussi à soutenir sans état d’âme celles que nous estimons porteuses d’avenir.

Un « autre Douarnenez » existe, construisons-le ensemble."

 

Tangi Youinou, Hervé Fourn et Annick Le Goff, conseillers municipaux socialistes