Actualités

mardi 28 septembre 2010

La droite plombe le TGV breton


Le gouvernement confirme, au Sénat, le renoncement de l'Etat à l'objectif d'un vrai TGV Brest et Quimper à moins de 3 heures de Paris.

 

La réaction de François Marc, sénateur socialiste du Finistère :

 

" Le gouvernement confirme au Sénat le renoncement de l’État à l’objectif d’un vrai TGV Brest et Quimper à moins de 3 heures de Paris.

En signant le contrat de projet 2007-2013, l’État s’était engagé à mettre, par un vrai TGV, Brest et Quimper à moins de 3 heures Paris (actuellement le train régulier le plus rapide nécessite 4h22).
De fortes inquiétudes s’étaient exprimées ces derniers mois quant à la réelle volonté du gouvernement de respecter cet engagement. Certes, la phase 1 des travaux (ligne Le Mans-Rennes et suppression de passages à niveaux) est en bonne voie de concrétisation grâce au soutien financier de la Région et des collectivités bretonnes.

Mais on ne gagnera de la sorte que 42 minutes au total.

La phase 2 des travaux annoncée au CPER (Contrat de projet Etat Région) 2007-2013 avait justement pour vocation de descendre sous les 3 heures.

Or en réponse à François Marc au Sénat, le ministre Benoît Apparu a exprimé une  position gouvernementale de renoncement à cette phase 2 et aux études nécessaires pour réaliser un vrai TGV Rennes-Brest et Rennes-Quimper.

A la question de savoir si les 100 millions d’euros de crédits d’études « phase 2 » seraient inscrits au budget de l’État, la réponse a été négative. Le ministre a en outre confirmé le contenu du projet de SNIT qui place la Bretagne (page 106) dans « les territoires restant à l’écart du réseau à grande vitesse » ! Il a également confirmé la place prioritaire désormais donnée par le Gouvernement à la ligne Rennes-Nantes comme déjà annoncé en juillet dernier par le ministre JL Borloo.

A l’heure où on annonce pour 2015 un TGV Paris-Strabourg en 1h50 et Paris-Bordeaux en 2h05, les Finistériens seraient donc durablement installés dans un temps de trajet au moins égal à 3h30 ! Ce n’est pas acceptable !

Le volte face du gouvernement sur le contrat de projet 2007-2013 a véritablement un goût de scandale. Les Finistériens ne pourront accepter d’être traités comme des français de seconde zone ! "