Actualités

samedi 24 septembre 2011

Conseil municipal affligeant


Le Conseil municipal de ce vendredi 23 septembre 2011 a été affligeant. Une fois de plus. Jusqu'où iront le maire et ses 18 élus "fidèles" ?

Tout a commencé par le débat sur les délégations de service public (DSP) voulues par la majorité de droite.

Concernant celle visant l'aire de carénage du port de plaisance, Tangi Youinou a une nouvelle réclamé la convocation du Conseil municipal sur ce sujet, pour permettre un débat entre élus (alors informés de l'avis de la Commission consultative des services publics locaux et du Comité technique paritaire) puis un vote de l'assemblée, en bonne et due forme. Rien de bien exceptionnel si ce n'est le respect de la règlementation et donc des instances concernées. Nouveau refus du maire.

L'ordre du jour prévoyait l'examen de la DSP visant la gestion du camping du bois d'Isis. Hervé Fourn a exprimé des doutes et interrogations quant à la durée de cette DSP (25 ans) et quant au niveau très bas de la redevance demandée au délégataire (5 000 € annuels). Pas convaincus par l'argumentation des élus UMP, les socialistes se sont abstenus lors du vote.

 

Les échanges se sont ensuite portés sur la proposition de créer une 6ème vice - présidence à la Communauté de communes du pays de Douarnenez. Tangi Youinou s'est interrogé sur cette "soudaine" nécessité d'augmenter le nombre de vice - présidences, sollicitant donc des précisions du maire et l'avis de William Boulic en qualité d'ancien président de cette collectivité. C'est peu de dire que les échanges ont alors pris la forme d'un règlement de comptes entre les "deux droites" douarnenistes, avec malheureusement des propos déplacés voire scandaleux de la part d'élus de la majorité. Réclamé à bulletins secrets par la gauche, le vote a confirmé le paysage politique municipal : 19 voix pour (a priori le maire et son groupe) et 14 voix contre (a priori la gauche et la droite "dissidente").

 

Pour les délibérations relevant du secteur des ressources humaines, Tangi Youinou et Annick Le Goff se sont inquiétés du non respect des procédures, en particulier la non consultation du Comité technique paritaire (CTP) sur certaines décisions relatives aux agents de la collectivité. Le maire a refusé d'entendre les remarques des élus socialistes...

 

Au final, une séance du Conseil municipal affligeante, une nouvelle fois révélatrice du mode de gouvernance du maire mais désastreuse pour l'image donnée de Douarnenez.