Actualités

jeudi 02 février 2012

Présidentielle : une analyse


Aujourd'hui se dessine une perspective favorable pour un réel changement politique pour notre pays. Différents courants de droite comme de gauche s'opposent à l'austérité de Sarkozy, de son gouvernement et de sa politique désastreuse pour la France. Cela ne veut pas dire pour autant que tous veulent un changement radical de cette politique.

Regardons à droite :
L'UMP – On sait c'est la continuité de faire payer la crise d'abord au plus défavorisés jusqu'aux classes moyennes en soutenant la caste des plus hautes fortunes.

Le MODEM – Avec François Bayrou qui sous ses aspects de bon père de famille ou de bon maître d'école,  profite d'un mécontentement général à droite pour faire passer ses idées de redressement du pays ressemblant étrangement à la politique de Raymond Barre ministre sous Giscard. Il va même jusqu'à reprendre le « Produisons Français » du Parti Communiste Français des années 1979 – 1981. Il oublie que pour produire Français il faut des entreprises qui produisent en France et non à l'étranger avec des tarifs compétitifs pour que les Français puissent acheter le fruit de la production.

II appelle  même le peuple à résister et à prendre en main employant un discours pour une république exemplaire et  vouloir faire table rase du passé – et – pour cause – Ministre de l'éducation nationale dans le gouvernement Balladur il a réussi à mettre près d'un million de personnes dans la rue contre son projet de réforme. Il oublie son appartenance au comité de soutien aux côtés de Sarkozy et Léotard pour l'élection de 1995 pour Balladur, ce qui ne l'empêche pas d'obtenir un portefeuille avec le premier gouvernement Juppé sous Chirac.

A moins de 100 jours du premier tour Bayrou détaille les contours de son projet présidentiel. Ce programme est bien celui d'un homme de droite basé sur un plan de rigueur qui pénalisera les plus défavorisés de notre société. Un plan de rigueur qui sera très lourd de conséquences pour notre pays, surtout pour les « petits » et « sans grade » à qui il prétend s'adresser aujourd’hui.

Le FN – Quant au Front National, Marine Le Pen s'adresse aux « oubliés » dont la candidate se veux être la représentante. Mais le programme du Front National vise en réalité à servir les riches et le patronat.

  • attaque contre la durée du travail
  • remise en cause des retraites
  • destruction du code du travail
  • interdiction du droit de grève
  • réduction des dépenses publiques


Ce programme n'exclut pas sa xénophobie qui est le noyau identitaire de la pensée frontiste . Marine Le Pen surfe sur la crise et les attaques antisociales portées par le sarkozysme avec qui elle a de grandes convergences, la règle d'or, elle est pour. Elle prône un régime par capitalisation sollicitant de ce fait des fonds de pension par nature spéculatifs. Le retour au franc ouvrant la porte à la spéculation sur les monnaies et les dévaluations en chaîne. Le temps de travail comme pour les salaires, elle sanctifie les accords par branche en fonction des protections sociales égales pour tous, c'est du copié-collé de la politique de Sarkozy et du programme UMP.

On le voit bien : Sarkozy, Bayrou, Le Pen, trois candidats de droite. Que fera cette droite face au PS et son candidat François Hollande, sinon un barrage au progrès social pour préserver les acquis des grandes fortunes au détriment des plus démunis de notre société.

Le Front de Gauche, également, se situe pour un programme de changement de société dénonçant un gouvernement en faillite et se voulant être la solution. Pourtant au Front de Gauche, le Parti Communiste Français si affaibli depuis 1981 n'a plus de réel candidat pour les présidentielles. Pour être présent sur ce terrain, il lui a fallu faire alliance avec Jean Luc Mélenchon qui a pour ambition d'être le n°1 d'un grand parti même s'il pose les vrais questions du changement envers la société actuelle. Cette alliance n'a qu'un enjeux « faire un score honorable en % » pour les présidentielles afin d'aborder les législatives avec le plus de candidats possible.
L'objectif on le voit bien, le combat mené avec acharnement par le Front de Gauche envers le Front National est de récupérer un électorat déçu par une gauche sociale démocrate, pour une gauche forte en faveur des plus démunis, c'est la priorité du PCF .

Aujourd'hui, le Parti Socialiste a retrouvé dans son rassemblement un candidat. Issu et élu aux primaires par des adhérents et sympathisants pour un PS uni, malgré ces différents courants de pensée. Le candidat François Hollande aura à en tenir compte, en effet le mécontentement est général à gauche comme à droite. Comme en 1981 l'espoir est grand, mais rien n'est gagné car cette fois une incertitude quant aux promesses, à la tenue du programme de Hollande demeure. Le Parti Socialiste aura pour tâche de répondre aux attentes d'un électorat soucieux de son avenir.

Alain Billebeaud