Actualités

lundi 05 mars 2012

Un hôpital indispensable


Vendredi Annick Le Loch, Députée du notre circonscription, et Gérard Bapt, Député de Haute-Garonne accompagnés de Marc Coatanéa, premier secrétaire fédéral, Isabelle Melscoet, secrétaire fédérale chargée de la Coordination des délégués fédéraux, études et projet, Laurent Cavaloc, Délégué de circonscription, Yannick Poulhazan, secrétaire de la section du Pays de Douarnenez et Paul Gueguen, Maire de Confort-Meilars et suppléant d'Annick Le Loch, ont visité l'hôpital public de Douarnenez et rencontré le comité de défense de l'hôpital ainsi que les syndicats (CFDT, CGT) représentants du personnel.

Rencontre-comité-syndicats

Ce fût l'occasion, pour nos deux députés, de rappeler qu'il n'existe "aucune raison objective pour que ce genre d'établissement soit remis en question, si ce n'est pour faire des économies à très courte vue".
Le caractère indispensable de l'antenne SMUR a été affirmé ainsi que l'ensemble des activités proposées par l'hôpital. Pour eux, nous devons sortir cette logique hôpital = entreprise, pronée par la loi HPST, pour revenir à une réell politique de service public.

Cette journée, a permis de dire et de répéter, aussi bien à Douarnenez qu'à Pont-L'Abbé, où plus d'une centaine de personne a assisté à la réunion publique, les engagements pris par François Hollande de "renouer avec l'excellence de notre système de santé" et de "renforcer l'hôpital public."

Gerard-Bapt

Reunion-publique-Pont-LAbbe

 

Ouest-France, le mardi 06 mars 2012

Gérard Bapt, président de la commission santé environnement, à l'Assemblée nationale, était l'invité des socialistes vendredi.

Spécialiste de la question, le député socialiste d'Haute-Garonne, n'a éludé aucun sujet, vendredi, lors de sa venue dans la commune. Il était invité par la fédération socialiste du Finistère, et par la députée Annick Le Loch. En sa qualité de médecin, Gérard Bapt, s'insurge contre, « les inégalités qui s'installent en matière de soins, à cause, notamment, des déremboursements et des dépassements d'honoraires ». Il prône une politique de santé qui, « ne se confinant pas aux soins, encourage la prévention à travers l'éducation et l'alimentation ». Une évolution qui doit aussi proscrire les techniques de fabrication comme, « celle des biberons au bisphénol, maintenant interdits ».

Développer les structures de soins adaptés

Il plaide également pour la revalorisation de la médecine générale. Une médecine de premier recours, « raccrochée à des hôpitaux de proximité, chapeautés par des établissements soucieux de valeurs morales et de solidarité, armés pour traiter les cas graves ». Lors du débat, Gérard Bapt, rassure les infirmières « actuellement lésées », au sujet des extensions de compétences. Répondant à un autre intervenant, Il souhaite, « le développement des structures de soins adaptés au désir d'installation des jeunes médecins ». Gérard Bapt, s'interroge aussi sur l'organisation du concours de médecine et refuse, « la logique d'hôpital entreprise, la convergence public-privé, restant à trouver ».

Interrogée sur l'Hôtel-Dieu de Pont-l'Abbé, maintenant repris par la congrégation Saint-Thomas de Villeneuve, Annick Le Loch, répond, « que le dossier suit, selon ses sources, la bonne voie, avec des incertitudes quant à la chirurgie ».