Actualités

lundi 07 septembre 2009

Ô tempora ! Ô mores !


Il n’y a pas si longtemps, le discours de la droite était sans nuance : les finances municipales interdisaient de multiplier les cérémonies ; les vœux du maire étaient même annulés faute d’argent disponible pour offrir un cocktail aux responsables d’associations et d’entreprises locales. Mais la venue à Douarnenez de Jean-Pierre Raffarin allait tout changer…

En effet, le « baptême » du centre des arts (qui va recevoir officiellement le nom d’André Malraux dans quelques jours) s’accompagne de certaines dépenses de circonstance : le ravalement de la façade est en cours, le cocktail pour l’ancien premier ministre doit être d’ores et déjà organisé et chiffré, un cadeau de bienvenue est sans doute prévu.

La droite a sans doute trouvé des crédits nouveaux ou annulé d’autres dépenses pour accueillir dignement cette figure de l’UMP. Parce qu’une autre question se pose : à quel titre Jean-Pierre Raffarin sera-t-il accueilli à Douarnenez ? Il n’est pas ministre de la culture, ne finance pas à notre connaissance le fonctionnement du centre des arts, n’est pas spécialement connu pour son engagement en faveur de la danse, de la musique ou des arts plastiques…

A moins que la proximité des élections régionales n’ait donné des idées à la droite locale… Attention alors de bien inscrire les dépenses dans les comptes de campagne…