Actualités

vendredi 30 mars 2012

Bloavezh mad !


Cap Finistère n°950

« Bloavezh Mad ». C’est par cette expression que Bruno Leroux,porte-parole de François Hollande, a débuté la réunion publique qu’il a animé, en compagnie d’Annick Le Loch, le 16 mars à Douarnenez.

Il peut apparaître surprenant de souhaiter ainsi une bonne année à quelques jours du printemps. « Mais, jusqu'au 6 mai, nous devons nous souhaiter une bonne année, car, pour que 2012 soit bonne, il faut que François Hollande remporte l'élection présidentielle », a expliqué Bruno Leroux, élu de Seine-Saint-Denis et originaire de Quimperlé.

Cette élection de François Hollande est indispensable pour redresser la France et rétablir l'impartialité de l'Etat.

« C'est tout de même ahurissant que Nicolas Sarkozy consacre la première partie de son discours de Villepinte à l'impartialité de l'État », s'est indigné Bruno Leroux. En effet, jamais, dans l'histoire de la Ve République, un clan n'avait à ce point concentré autant de pouvoir. Pire le candidat UMP fait un procès d'intention à François Hollande en osant évoquer une « épuration », en cas de victoire de la gauche. Mais, c'est pourtant bien lui qui a placé ses amis à des postes clé de l'administration française. Lui encore, qui a essayé de faire élire son fils à la présidence de l'EPAD ou qui a renvoyé un préfet, sous prétexte que des manifestants s'étaient un peu trop approchés d'un cortège officiel.

Nicolas Sarkozy s'est présenté en 2007 comme le candidat de la croissance, celui qui allait redresser la France, qui allait chercher les points de croissance «avec les dents ».

Mais, il restera comme le Président qui a augmenté le déficit de 615 milliards et qui a fait explosé le chômage, au point qu'on compte un million de demandeurs d'emplois de plus, à la fin de son quinquennat.

Aujourd'hui, l'UMP explique ces mauvais résultats par la crise. Mais, dès le mois de juillet 2007, la loi TEPA défiscalisait les heures supplémentaires, véritable machine à créer du chômage alors que les socialistes expliquaient qu'il fallait, au contraire, inciter les entreprises à embaucher plutôt qu'à faire travailler plus ceux qui avaient un emploi. Lorsque la crise est arrivée, la France fut le seul pays à ne pas modifier sa politique de l'emploi.

Dans le domaine de la fiscalité, Nicolas Sarkozy augmente tous les impôts, sauf celui sur la fortune. « Les Français sont prêts à accepter des sacrifices », a rappelé Bruno Leroux. « Mais à condition qu'ils soient justes », a-t-il précisé.

Pour obtenir cette justice, le 22 avril les électeurs doivent voter pour François Hollande. C'est lui qui sera en capacité de l'instaurer et son élection, le 6 mai, dépend de la dynamique qui s'enclenche au premier tour