Actualités

vendredi 07 juin 2013

Au revoir Pierre


Nommé Premier ministre après la victoire de François Mitterrand en 1981, Pierre Mauroy fut le premier des socialistes à Matignon sous la Ve République.

Jusqu'en 1984, où Laurent Fabius lui succède, il dirige trois gouvernements d'Union de la gauche. Parmi les réformes majeures de ces trois années, on retiendra bien sûr, l'abolition de la peine de mort, les lois de décentralisation, la cinquième de congés payés mais aussi les 39 heures et la mise en place de l'impôt sur la fortune.

Pierre Mauroy, c'est aussi l'homme du Nord. Maire de Lille de 1973 à 2001, député du Nord (1973-1981, 1986-1992), président du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais (1974-1981), il marquera durablement l'histoire de sa ville et de sa région.

1988 à 1992, il fut le Premier secrétaire du PS avant d'être élu à la tête de l'internationale socialiste de 1992 à 1999.

 

UN PARCOURS MILITANT

Né le 5 juillet 1928 à Cartignies, Pierre Mauroy est l'aîné d'une famille de sept enfants. À 16 ans, il adhère aux Jeunesses socialistes dont il sera secrétaire national de 1955 à 1959.

Diplômé de l'Ecole normale d'apprentissage de Cachan, il sera professeur dans un lycée technique de la banlieue parisienne de 1952-1956.

En 1951, il fonde Léo Lagrange, grande fédération d'éducation populaire.

Dix ans plus tard, il devient premier secrétaire de la fédération socialiste du Nord et accède en 1963 aux responsabilités nationales au sein de la SFIO.

Pierre Mauroy accompagnera François Mitterrand dans son entreprise de reconstruction du PS lors du Congrès d'Epinay en 1971.

Après son passage à Matignon, il reprend une place de premier plan en 1988 en devenant Premier secrétaire du PS jusqu'en 1992.

 

L'HOMMAGE NATIONAL ET L'HOMMAGE DE SA VILLE

Lundi 10 juin est prévu un hommage national aux Invalides, par le Président de la République et Jean-Marc Ayrault. Après quoi le corps reviendra à Lille où le cercueil sera présenté pour que les Lillois puissent lui rendre un dernier hommage. Un hommage républicain lui sera également rendu pendant la semaine avant les obsèques qui devraient avoir lieu à la cathédrale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

François Mitterrand et Pierre Mauroy, 1976.