Actualités

samedi 21 décembre 2013

Non au budget !


L'intervention de Tangi Youinou lors de la séance du Conseil municipal du 20 décembre 2013 - examen du budget primitif 2014 de la Ville de Douarnenez.

 

" Vous nous présentez ce soir un budget qui, une nouvelle fois, ne témoigne d'aucun projet politique global. Nous vous faisons ce reproche depuis votre élection, en 2008 ; certains de vos anciens compagnons de route vous le font également, depuis la division de votre majorité. Mais vous aurez persisté jusqu'au bout de votre mandat… Je crains que nous soyons l'un des rares Conseils municipaux de France a n'avoir aucun véritable débat d'orientations budgétaires, pas de mise en perspective des propositions de la majorité municipale, politique publique par politique publique, expliquée par le maire et ses adjoints... Un véritable exploit !

Souhaitons que la prochaine équipe municipale, élue en mars prochain, ait à cœur le débat démocratique, qu'elle ait le souci pédagogique et citoyen d'expliquer ses orientations politiques et le sens de son action en faveur des Douarnenistes et de notre territoire.

Comme les années passées, et parce que la crise économique et sociale perdure encore, nous soutenons la non augmentation des impôts locaux.

Dans un contexte de raréfaction des ressources financières (due notamment à la situation dramatique des finances publiques héritée du précédent gouvernement, que vous souteniez en tant que majorité municipale et en tant que parlementaire), nous devons être responsables et donc maîtriser nos dépenses de fonctionnement, sans remettre pour autant en question la qualité de nos services publics municipaux. Sur les quelques 21 millions d'euros inscrits au volet « fonctionnement » (alors que vous dénonciez le fait d'avoir des dépenses de fonctionnement de 20 millions d'euros dans un document diffusé par vos soins en novembre 2008...), 12 millions permettent de verser leurs salaires aux agents municipaux, près de 5 millions couvrent les charges courantes (avec une ligne « voyages et déplacements » multipliée par 5 tout de même...) et 2, 5 millions viennent en soutien aux associations et autres organismes. A quoi il faut ajouter les intérêts de la dette. Au total, nous voyons bien que les marges de manœuvre sont minces. Dès lors, nous pensons essentiel d'avoir le souci de l'évaluation des politiques menées, pour bien s'assurer que les objectifs d'une politique définie sont atteints ou pas et dès lors, ajuster la décision des élus. Notre équipe proposera de faire de ce souci de l'évaluation une priorité municipale. A l’avenir…

Le volet « investissement » de ce budget primitif 2014 nous est présenté équilibré à environ 6 millions d'euros, avec 3 millions de dépenses réelles d'équipement. Parmi les dépenses, nous notons une exceptionnelle augmentation des frais d'étude : 743 000 € prévus en 2014 contre 124 500 € en 2013... Augmentation plus que conséquente, a priori due aux frais liés à votre projet de salle de spectacles aux Halles, chiffrés par vous même à 659 000 €... Nous proposons, pour notre part, l'abandon de ce projet qui ne correspond à aucun diagnostic de territoire préalable.

Globalement, la section « investissement » nous inquiète : le recours à l'emprunt représente à ce jour 6O % de vos prévisions de  recettes (3, 6 millions d'euros). Comme le soulignait la Chambre régionale des comptes, vous continuez à emprunter et votre capacité d'autofinancement diminue. Pour une équipe qui a été élue sur l'idée d'arrêt de l'endettement, c'est peu de dire qu'il y a au minimum tromperie... Dans son rapport relatif à la commune, cette même Chambre régionale des comptes indiquait très clairement : « L’évolution des principaux ratios de gestion traduit une dégradation de la situation financière entre 2008 et 2012 », c’est-à-dire depuis votre élection. Elle précisait immédiatement : « L’excédent brut de fonctionnement diminue de 22, 90 % et ne représente plus que 11, 90% des produits de gestion à la clôture de l’exercice 2012. La capacité d’autofinancement brute évolue de manière similaire ( - 26, 70%) ».

Dans ce contexte tendu, le budget 2014 donne une drôle d’impression : l’impression que vous doutez d’avoir à le mettre en œuvre, comme si vous ne saviez plus quoi faire… Une impression de « poudre aux yeux ».

Difficulté à saisir vos ambitions pour Douarnenez, dégradation de la situation financière de la Ville pointée par la Chambre régionale des comptes de Bretagne, choix d’investissement que nous ne partageons pas : ces 3 raisons nous imposent de ne pas voter le budget primitif que vous nous présentez ce soir."