Actualités

dimanche 20 avril 2014

Martin Schulz: notre candidat


Les Européens ont besoin de croissance, pas d'austérité. Le Pacte de stabilité et ses critères rigides (déficit et dette publique en dessous de seuils fixés respectivement à 3 % et à 60 % du PIB) représentent aujourd'hui un horizon insurmontable pour bon nombre de pays de l'Union, quand ils ne rajoutent pas des difficultés au drame, comme en Grèce. La réduction des déficits publics est certes un objectif mais ne peut constituer un horizon politique à elle seule, surtout lorsqu'elle se fait au détriment d'investissements structurants sans lesquels il est illusoire d'espérer combattre le chômage, retrouver une croissance durable et engager un nouveau modèle de développement. La généralisation des politiques d'austérité à des économies entrées en récession dans des pays dont l’économie est déjà en récession, combinée à des « réformes structurelles », réduit le pouvoir d’achat des salariés et nourrit un cercle vicieux dépressif : les plans d'austérité aggravent partout la récession et l'endettement qui appellent encore et toujours des plans d’austérité.

Pour remédier à la politique menée par les conservateurs depuis le début de la crise, nous voulons un calendrier étendu, crédible et réaliste de réduction des déficits publics et nous continuerons de soutenir financièrement les dépenses d’avenir Indispensables au retour de la croissance en Europe.