Actualités

jeudi 03 décembre 2009

Gel de la prime pour l'emploi


Une injustice pénalisante pour le pouvoir d'achat des ménages moyens et modestes.

Après un premier gel en 2009 pour financer une partie du RSA, ce qui constituait une première, le gouvernement a décidé, dans la discrétion la plus totale, de maintenir le gel de la prime pour l’emploi (PPE) pour l’année 2010.

La PPE concerne environ 9 millions de Français aux revenus modestes (entre 0,3 et 1,4 SMIC et 2,1 SMIC pour les parents isolés ou les couples mono-actifs). Cette prime, qui concrètement se traduit par une baisse d'impôt pour les personnes imposables et un versement en argent pour les autres, constitue un complément de rémunération non négligeable pour des millions de personnes déjà précarisées par la conjoncture économique et la politique gouvernementale.

Alors que le gouvernement maintient le bouclier fiscal, il gèle la PPE pour augmenter le RSA. Autrement dit, il prend aux couches moyennes inférieures et souvent précarisées pour financer sa politique à destination des ménages les plus en difficulté, alors que dans le même temps il laisse inchangés les avantages fiscaux des foyers les plus favorisés. Belle conception de la solidarité !

Et cette nouvelle injustice fiscale se fait en plus au détriment de l’efficacité économique. Alors que la consommation stagne (+0,0% au deuxième trimestre 2009), la France aurait aujourd’hui besoin d’un vrai plan de soutien au pouvoir d’achat des ménages modestes et moyens.

Le parti socialiste appelle le gouvernement à revenir sur cette mesure injuste et à revaloriser la prime pour l’emploi. La crise n’est pas finie et le soutien au pouvoir d’achat des ménages est plus que jamais nécessaire.